fbpx

StopCovid : l’application de traçage numérique

application stopcovid
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Ce lundi 13 avril 2020 au soir, l’élocution de notre président, Emmanuel Macron, a confirmé les rumeurs qui courraient sur le lancement d’une application de traçage numérique « StopCovid ». Considérée comme un outil de choix dans la lutte contre le COVID-19 : ce type d’application est déjà utilisé dans plusieurs pays du monde. Singapour avait lancé le 20 mars dernier, son application « TraceTogether », suivit par la Corée du Sud, la Chine et même l’Allemagne depuis peu. La France suivra ainsi le même chemin lors du stade de déconfinement prévu, pour l’heure, en date du 11 mai, à la condition que le confinement le plus strict soit respecté jusque là. 

“StopCovid” une application de traçage pour combattre le Coronavirus

Le prototype de l’application, nommée très simplement « StopCovid », est une piste sérieuse envisagée par le gouvernement qui devrait accompagner la sortie du confinement en France. Cette application pour smartphone, une fois installée, nous permettra d’identifier les chaînes de transmission du Covid-19. Le développement de cette application serait alors essentiel pour limiter la diffusion du virus sur le territoire français pendant les différents stades du déconfinement. Elle aura pour objectif principal de déterminer si nous avons été en contact avec une personne testée positive au Covid-19. Ainsi, la prise en charge éventuelle de nouveaux malades se fera plus efficacement afin d’endiguer plus rapidement la maladie.

Vidéo explicative de l’application TraceTogether, Lien de la vidéo : https://www.tracetogether.gov.sg/

Le traçage numérique remet-il en cause le respect de la vie privée ? 

À la suite des sorties de ces différentes applications à travers le monde, de nombreux débats ont été lancés, notamment celui de la protection des données et du respect de la vie privée. 

« Il ne faut négliger aucune piste, aucune innovation, mais je souhaite que, avant le 11 mai, nos assemblées puissent en débattre et que les autorités compétentes puissent nous éclairer », a déclaré le président de la République avant d’ajouter que « cette épidémie ne saurait affaiblir notre démocratie ni mordre sur quelque liberté ».

StopCovid, une application qui va voir le jour sous peu

Il faut donc savoir que l’utilisation de cette application ne sera pas une obligation. Elle se basera sur le volontariat, mais aussi sur l’anonymat des utilisateurs. Si nous prenons l’exemple de l’application singapourienne « TraceTogether », l’échange de données se fait via le système Bluetooth des appareils. Les signaux sont échangés à courte distance avec les autres smartphones connectés à l’application dont le Bluetooth est lui aussi activé. Les données de « rencontre » sont stockées sur les serveurs de l’application pour une durée de 21 jours. 

Il faut également savoir que les données de localisation ne sont pas collectées par l’application. Il n’y a donc pas de crainte d’être géolocalisé contre son gré. N’oublions tout de même pas que de nombreuses applications, déjà existantes sur le marché, utilisent un système de géolocalisation sans pour autant créer de débats à ce sujet. Nous pensons notamment à Snapchat ou encore Google et sa timeline mensuelle qui indique nos déplacements quotidiens. 

Quand  “StopCovid” verra-t-elle le jour ?

Le développement de l’application StopCovid est pris en charge par l’INRIA (Institut National de Recherche Informatique et en Automatique) ainsi que par une équipe de chercheurs travaillant en collaboration avec le gouvernement français. Il y a une semaine, lors d’un entretien accordé au journal Le Monde, Olivier Véran, ministre de la Santé et Cédric 0, secrétaire d’État au numérique, avaient d’ores et déjà abordé la question. Cédric O avait alors évoqué une conception d’une durée de 3 à 6 semaines. À échelle du temps, cela laissait envisager un déploiement de l’application StopCovid entre fin avril et fin mai. La date d’un éventuel déconfinement ayant été récemment indiqué par Emmanuel Macron, cela laisserait entendre que le début du déconfinement pourrait s’effectuer sans cet outil de détection. 

La question se pose, quel serait l’intérêt d’une application de cette ampleur si elle n’est pas mise en place dès le premier stade du déconfinement ? L’enjeu majeur étant de visualiser la propagation du virus et de l’endiguer par la détection de chaînes de transmission, le plus grand challenge sera de développer cette application en temps record. 

À la fin de sa programmation, lorsque leur copie sera rendue au gouvernement par les chercheurs, celle-ci devra être approuvée par les autorités avant sa mise en circulation. Pour l’heure, patience et civisme sont les maitres mots pour retrouver le chemin de la sortie. 

Alors, patience et restons chez nous. 

CNIL : https://www.cnil.fr/fr/crise-sanitaire-audition-de-marie-laure-denis-presidente-de-la-cnil-devant-la-commission-des-lois

Infos du gouvernement : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Partagez ce post avec vos amis

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les commentaires sont fermés.

Commentaires récents

Souscrivez à notre Newsletter