fbpx

StopCovid : l’application est approuvée par le gouvernement

StopCovid
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Après plusieurs semaines de débat, le projet de l’application de traçage numérique nommé StopCovid a été approuvé par le Parlement. Il sera déployé à l’échelle nationale à partir du 2 juin.

 

StopCovid a le feu vert

Après l’approbation de l’Assemblée nationale, l’application StopCovid a convaincu le Sénat qui a voté en majorité pour le déploiement de cet outil numérique le mercredi 27 mai. Cette application mobile de traçage numérique sera déployée le 2 juin afin de contribuer à limiter la propagation du Covid-19 en France.

Cette crise sanitaire appelle à une modification comportementale chez les populations du monde entier. Cependant, une crainte persiste pour les pays en phase de déconfinement : l’arrivée d’une seconde vague.

Afin d’éviter cela, le gouvernement souhaite mettre en place un système répertoriant les individus testés positifs au Covid-19 et retracer la chaîne de contamination possible afin d’avertir les personnes ayant été en contact avec cette dernière. Telle est la promesse de l’application StopCovid.

StopCovid

La fonctionnalité de l’application

Une fois l’application installée, le smartphone déclenchera des notifications préventives dès lors que vous aurez été en contact avec une personne testée positive. Vous serez donc incité à prendre contact avec un professionnel de santé afin de vous faire dépister et être pris en charge plus rapidement si le test s’avère positif. Ce système permettrait de créer une rupture dans les chaînes de transmission du virus.

Pour déclencher cette alerte, il faut que les deux personnes possédant l’application se croisent à une distance de moins d’un mètre et pendant une durée de quinze minutes.

StopCovid

Les 5 principes fondamentaux de StopCovid

L’application StopCovid a soulevé de nombreux débats quant à l’utilisation des données personnelles. Le gouvernement a ainsi posé un cadre contenant des principes fondamentaux pour garantir le respect des lois et des valeurs de liberté.

  • Le volontariat :

StopCovid n’est pas une application obligatoire ! Vous êtes libre de choisir si vous souhaitez télécharger ou non cet outil numérique. À chaque étape du processus d’installation et de mise en route, vous aurez le choix. Vous pourrez ainsi décider si vous souhaitez activer le Bluetooth nécessaire au fonctionnement de l’application, partager l’historique de proximité aux autres utilisateurs et déclarer un diagnostic positif au Covid-19.

  • Le respect de la vie privée :

L’application utilise la technologie Bluetooth pour détecter un smartphone à proximité et non un système GPS. Il n’y a, à aucun moment, un usage de données de géolocalisation. L’application StopCovid ne permettra pas de connaître vos déplacements.

  • L’anonymat :

L’identité des utilisateurs de l’application sera maintenue secrète. StopCovid n’utilise pas de système d’authentification lors de l’installation. L’application génèrera automatiquement un crypto-identifiant temporaire comme un pseudo qui ne seront pas associés à l’utilisateur. Il n’y a que ces pseudonymes éphémères qui seront stockés dans la mémoire de votre smartphone et partagée, si vous l’autorisez, à un serveur central. Il faut savoir que personne n’aura accès à cette liste.

  • La transparence :

Les codes sources ainsi que toute la documentation liée au développement de cette application sont entièrement disponibles. Cette application s’inscrit dans une démarche de transparence afin de permettre son amélioration et également de partager cette technologie vers des pays n’ayant pas la capacité de la développer eux-mêmes.

  • L’aspect temporaire :

L’application ne perdurera pas après le passage de cette crise sanitaire. Il n’a vocation qu’à limiter la propagation de cette pandémie et donc ne sera plus disponible après ce passage. Il en est de même pour les crypto-identifiants qui seront régulièrement supprimés.

StopCovid

Une expertise française mobilisée

Le gouvernement à laisser s’exprimer différentes commissions afin de respecter les cadres légaux nationaux et européens, notamment en sollicitant la CNIL (Commission Nationale Informatique et libertés) et le CNN (Conseil National Numérique). Ces avis visaient majoritairement les questions de protection des libertés ainsi que la protection des données.

Également, l’État a fait appel à de nombreux spécialistes français afin de développer au mieux l’application StopCovid. Très largement étudié par de nombreux professionnels, le projet avait été confié à l’INRIA mais de nombreuses organisations privées ont tendu la main afin de développer cette application.

Les acteurs majeurs :

  • ANSSI, pour la cybersécurité.
  • Santé Publique France pour l’insertion et articulation de l’application dans la stratégie globale de détection et suivi des contacts.
  • Direction interministérielle du numérique pour l’accessibilité
  • Capgemini pour l’architecture, le développement back-end et l’appui au développement de l’usage de l’application.
  • Dassault Systèmes pour l’infrastructure souveraine de données qualifiée SecNumCloud
  • Inserm pour les modèles de santé
  • Lunabee Studio pour le développement des applications mobiles
  • Orange pour la diffusion de l’application et interopérabilité́
  • Withings pour la portabilité des objets connectés

Face à l’Assemblée ce mercredi 27 mai, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a souligné l’aspect « temporaire, d’installation volontaire, non identifiante et transparente » de cette application.

Malgré la volonté du gouvernement et l’utilisation déjà bien établie à Singapour par l’application Trace Together, une question subsiste : quel sera son taux d’utilisation dans les prochains jours et sera-t-elle suffisante pour être utile ?


Sources :

Code source et documentation de l’application StopCovid : https://www.inria.fr/fr/stopcovid-code-source

Dossier de presse du gouvernement : https://www.economie.gouv.fr/files/StopCovid/DP_Projet_StopCovid.pdf

Avis du CNN : https://cnnumerique.fr/StopCOVID-Avis

Avis du Conseil scientifique : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/avis_conseil_scientifique_20_avril_2020.pdf

Avis de l’Académie nationale de médecine : http://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-nationale-de-medecine-lutilisation-de-smartphones-pour-le-suivi-du-deconfinement-du-covid-19-en-france/

Avis de la Commission nationale consultative des droits de l’homme : https://www.cncdh.fr/sites/default/files/avis_2020_-_3_-_200424_avis_suivi_numerique_des_personnes.pdf

Avis de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes : https://csnp.fr/avis/

Partagez ce post avec vos amis

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les commentaires sont fermés.

Commentaires récents

Souscrivez à notre Newsletter