fbpx

La lecture des pages web (Eyes Tracking) par les internautes : ce qui a changé en 2020

Eyes tracking lecture des pages web
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le groupe Nielsen Norman, spécialiste en interface et en expérience utilisateur, a récemment publié une nouvelle étude sur le comportement des internautes face à une page web

Nous savons, depuis plusieurs années, que les utilisateurs ont cette tendance à « scanner » les pages sans mouvement linéaire. Ce rapport va plus loin et démontre les méthodes de lecture des internautes grâce à la technologie du Eyes Tracking

L’étude du groupe Nielsen Norman se base sur une décennie d’expériences menées grâce à 500 participants aux États-Unis et en Chine. 

Ces diverses études s’appuyaient sur plus de 750 heures de eyes tracking ! Ça en fait de la matière à analyser !


La technologie du Eyes Tracking

Le Eye Tracking, en français, l’oculométrie, est un ensemble de techniques permettant de capter et d’enregistrer les mouvements oculaires. Les systèmes les plus communs analysent les images de l’œil humain, enregistrées préalablement grâce à une caméra infrarouge, et calculent la direction du regard du sujet. 

Visuel de l'Eyes Tracking
Un participant a numérisé cette page de description du produit pour l’Apple Watch 3 (à gauche), qui avait une disposition en zigzag. Ses mouvements oculaires sont représentés dans un gazeplot (à droite). Alors qu’elle se déplaçait sur la page, ses yeux passaient de l’image au texte, du texte à l’image et de l’image au texte.

Grâce à ce système, on peut mettre en évidence les zones précises où le regard s’est porté et ainsi détecter le chemin que notre œil réalise. La précision du Eyes Tracking peut être encore plus poussée selon la finesse des analyses souhaitées, notamment pour l’amélioration des systèmes de réalité virtuelle. 


La lecture des pages web : Scanner plutôt que déchiffrer

Déjà confirmé en 1997 par le groupe Nielsen Norman, les chercheurs de cette étude ont une nouvelle fois constaté que les internautes ne lisent pas l’intégralité des contenus disponibles sur le web. Les usagers de la toile ont plus tendance à « scanner » la page sous leurs yeux plutôt que de suivre une lecture simple et linéaire du contenu. L’objectif est simple ! Trouver l’information la plus importante et la plus pertinente dès les premières secondes ! Pas très patient ces internautes…

En effet, son temps coûte cher et peut également se justifier selon 4 critères 

  • Son niveau de motivation
  • La volonté initiale de sa recherche
  • Son degré d’attention
  • Ses caractéristiques et habitudes personnelles
Cette page squelette est une illustration approximative du scan. Les flèches indiquent comment les yeux voyagent. Dans ce cas, le regard se déplace sur une ligne d’un tableau de gauche à droite, puis sur la ligne suivante et se déplace vers la gauche.

Ce type d’étude permet d’adapter la rédaction ainsi que l’utilisation même du site web en fonction du comportement des internautes. Il est ainsi plus évident de répondre correctement à leurs besoins et de placer les contenus au bon endroit.


L’optimisation de la lecture web

Pour optimiser l’expérience utilisateur de son site web, il est recommandé de structurer son contenu. 

– Cela peut se faire, dans un premier temps, grâce à l’utilisation d’en-tête et de sous-titre, clairs et visibles ! Ce type d’encadrement attire le regard et aide l’internaute à trouver ce qu’il cherche en un coup d’œil. 

– Dans un second temps, il faut placer les éléments essentiels en haut de votre page ! Rappelez-vous, plus l’utilisateur trouve rapidement l’information qu’il désire, plus il sera satisfait. Il est également recommandé d’utiliser des méthodes de mise en forme telles que les listes à puces ou la différence de graisse dans le contenu. 

– Enfin, utilisez un langage simple ! Le contenu que vous proposez doit être concis et clair ! Court et efficace ! Si vous respectez tous ces points, l’utilisateur retrouvera rapidement son chemin.

En utilisant ces techniques, vous permettez à l’œil de l’utilisateur de se concentrer sur les informations importantes de votre page ! 


L’analyse des pages SERP

Le rapport précise que leurs expériences se sont également penchées sur l’analyse des pages de résultats de moteur de recherche, notamment de celui de Google

L’utilisation du Eyes tracking, révèle un nouveau mode de lecture. 

Cette illustration est une représentation approximative d’un motif de flipper – caractérisé par des regards «rebondissants» entre différents éléments SERP, généralement entre la barre latérale droite et la colonne centrale des résultats. Les exemples individuels peuvent inclure plus ou moins de rebond dans n’importe quelle direction.

Jusque là, les utilisateurs scannaient la page de façon linéaire. Aujourd’hui, ce n’est plus du tout le cas ! L’évolution de ce type de page en est la cause principale. La diversité et la richesse des informations proposées sur les pages de SERP sont beaucoup plus importantes qu’il y a 10 ans.

Selon l’étude du groupe Nielsen Norman, les internautes lisent ce type de page comme une balle de flipper. Ils rebondissent de bloc en bloc, entre les diverses informations proposées. 

Les fonctionnalités incluses dans les pages de moteurs de recherches influencent également le comportement des internautes. 

Plutôt que d’avoir une liste de site web correspondant à votre recherche, vous avez en haut de ces résultats de multiples encadrés proposés par le moteur de recherche. On découvre ainsi, des propositions de recherches associées à la nôtre, des questions fréquemment posées, des encadrés de définition ou encore de traduction, qui n’existaient pas il y a quelques années. 

Ces fonctions peuvent agir comme une signalétique, indiquant, grâce à l’utilisation de visuels, si l’information est celle que l’utilisateur recherche ! 

Un participant cherchait des informations sur les prix du Botox. Elle a googlé le botox de raleigh. Ce gazeplot numéroté montre toutes ses fixations en 14 secondes, ce qui a formé un motif de flipper. (Et oui, elle a regardé 158 points en 14 secondes – cette vitesse de balayage est normale.)

Les images présentes sur ces pages attirent l’attention de l’internaute et le dirige dans différentes directions. Elles peuvent aussi modifier ou altérer la requête initiale comme avec les carrousels qui proposent des alternatives de recherche sans quitter la page actuelle.


Le désavantage de cette évolution

Le problème qui peut ressortir de cette étude, est la « trop grande performance » des pages de SERP. Ces pages peuvent fournir des réponses rapides ! Très rapides et peut-être trop rapides ! Les pages de recherche étant en première ligne, les utilisateurs peuvent y trouver leur réponse sans entrer dans les détails des pages, ce qui a pour effet d’abandonner la recherche. La suite logique est simple : si l’utilisateur abandonne sa recherche, il n’ira pas sur votre site web

Pour faire le test, il suffit de demander à Google, l’âge d’une personnalité. La plupart du temps, la réponse se trouve directement en première ligne ou directement dans la barre de recherche !

Depuis 2006, l’étude a repéré des changements majeurs sur le mouvement du regard de l’utilisateur. La cause principale est l’évolution du design de nos sites web.

L’arrivée du « responsive design » a bouleversé l’affichage et les tendances esthétiques de nos pages web. Cet affichage adaptatif est devenu la norme de tous les sites de la toile. 

C’est ainsi que notre perception et notre appréhension des pages web a évolué. La question que l’on pourrait se poser aujourd’hui est : qu’en sera-t-il dans 10 ans ? 

Pour découvrir l’étude du groupe Nielsen Norman : https://www.nngroup.com/articles/how-people-read-online/

Partagez ce post avec vos amis

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les commentaires sont fermés.

Commentaires récents

Souscrivez à notre Newsletter